Nos fiches pratiques

Que font les sociétés de recouvrement ?

Les sociétés de recouvrement sont d’une aide précieuse pour récupérer les créances auprès des clients. En tant qu’intermédiaire, elles peuvent intervenir aussi bien dans les recouvrements à l’amiable que dans le règlement d’un contentieux avec un débiteur mauvais payeur.

Un tiers spécialement dédié au recouvrement des créances

Recouvrer les créances relève souvent d’un parcours de combattant. Face à cette difficulté, les sociétés de recouvrement se présentent comme une solution intéressante pour récupérer les créances d’une entreprise. Le mode de fonctionnement de cette collaboration est simple, l’entreprise peut engager une société de recouvrement dès qu’elle constate une créance auprès de l’un de ses clients.

Il y a une créance lors du non-paiement d’une facture après le délai de prescription de celle-ci. Pour pouvoir faire l’objet d’un recouvrement, ladite facture doit remplir certaines conditions. Elle doit être reconnue par le débiteur, mentionner le montant exact à payer et avoir dépassé le délai de payement.

En présence de ces conditions, l’entreprise peut signer un contrat avec une société de recouvrement pour se faire payer. Ce contrat permet à la société de recouvrement d’engager toutes les procédures nécessaires en vue du remboursement de ces créances. Elle se charge ainsi de récupérer pour le compte du créancier le montant des factures impayées auprès d’un client débiteur.

Mode de fonctionnement d’une société de recouvrement

En règle général, une société de recouvrement peut procéder à une méthode de relance classique ou instruire un contentieux judiciaire en fonction du dossier traité.

Pour ce qui est du recouvrement classique, la procédure est surtout axée sur les relances téléphoniques, l’envoi des courriers ou des mails. En cas de nécessité, il est aussi possible de faire parvenir au débiteur une lettre de mise en demeure. Si cette méthode classique porte ses fruits, il appartient à la société de recouvrement d’encaisser la somme due et d’effectuer par la suite le versement auprès du créancier.

Lorsqu’aucun délai n’est mentionné dans le contrat entre le créancier et la société de recouvrement, la date limite du versement est fixée à un mois suivant l’exécution de paiement de la facture par le débiteur.

Le contentieux juridique fait souvent suite à un échec de la procédure classique de recouvrement à l’amiable. Selon le type de dossier, la société de recouvrement peut engager une action en justice afin d’avoir une injonction de payer ou d’obtenir un référé en provision.

Les coûts à prévoir

La société de recouvrement ne peut intervenir auprès du client débiteur sans un contrat la reliant au créancier. Ce document doit obligatoirement porter les mentions relatives au fondement de la créance et la totalité de celle-ci. Les coûts de cette intervention doivent aussi figurer à l’intérieur dudit contrat ainsi que le délai de rétrocession de la créance lors de la réussite du recouvrement.

Le coût d’une société de recouvrement varie selon le type de contrat passé avec l’entreprise titulaire de la créance. La facturation appliquée peut se faire au dossier, entraînant ainsi le paiement de frais dès la signature du contrat. Une fois la créance recouvrée, la société de recouvrement y prélève un pourcentage déterminé à l’avance.

Parfois, les sociétés de recouvrement ne prélèvent une facturation qu’au résultat. Dans ce sens, aucun frais n’est à prévoir tout le long de la procédure de recouvrement des créances. Si celle-ci échoue, le cabinet de recouvrement supporte toutes les dépenses. Le frais n’est prélevé qu’après l’exécution de payement de la créance par le débiteur. Le pourcentage prélevé par la société de recouvrement est ainsi un peu plus élevé par rapport à la méthode de facturation précédente.